Grave accident à Christ-Roi dans la zone de Nazon faisant plusieurs blessés parmi les élèves se trouvant à bord d’un autobus de transport public.

En défaut de distribution des carburants dans les pompes, la livraison d’armes à feu ne connait pas de rareté dans les oligopoles de violences en HAITI.

Entre autres, beaucoup intox d’informations à l’encontre des chefs de gangs de 400 mawozo, HAITI sous l’oppression des violences néolibérales et d’une classe dirigeante intrinsèquement corrompue, le peuple haïtien ne croit plus au changement.
Sans négliger, une explosion du prix des denrées de base, des salaires devenus insignifiants, la Gourde haïtienne ayant perdu sur le marché noir près de 80% de sa valeur face au dollar américain…

À en croire le professeur anthropo-sociologue Emmanuel Gracia Louis, les drames humains se multiplient dans cette lutte pour préserver la gestion clanique du pouvoir et des ressources stratégiques en HAITI.

Le ­pays se noie, mais les incompétences criminelles des dirigeants malfaiteurs du gouvernement opaque et illégal d’Ariel Henry ne font rien pour le secourir.

Si une ­poignée d’activistes politiciens continue de se mobiliser pour un large consensus politique, après 5 mois de vide présidentiel et de rareté démocratique, la majorité de la population haitienne n’a plus la force de lutter contre une oligarchie politico-financière de plus de 115 bonnes années de corruption institutionnelle du modèle néolibéral qui, après avoir mené le pays à sa faillite, entrave désormais son sauvetage.

« C’est irréel, ça fait 5 mois après l’execution extrajudiciaire et illégale de Jovenel Moise que des accusations de complicités d’illégalismes sont portées contre plusieurs personalités politico-financières, telles que, Samir Handal, les dernières arrestations en date remontent à celle de Samir Handal, mais les haïtiens comprennent qu’il n’y a personne pour accorder justice au président assassiné 3 ans plus tard après la crise de carburants du 7 juillet 2018 », s’alarme le responsable du Centre Haitien des défenseurs des droits de la personne et de l’Education, Emmanuel Gracia LOUIS.

« Le chemin de la solution à la crise est là devant nous, mais les nouvelles méthodes de régulations des conflits aux enjeux économiques et d’intérêts des États occidentaux refusent de l’emprunter », poursuit le chercheur universitaire Emmanuel Gracia LOUIS.

Laisser un commentaire